Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 11:00
Je suis vraiment désolé mais en ce moment l'actualité est pauvre ce qui explique la baisse du nombre d'articles... Il n'y a tout simplement rien d'intéressant à commenter.
La taxe carbone ? Elle excite tout le monde mais le projet définitif n'est pas encore connu. Sur le principe on peut difficilement être contre si on veut placer la France à la pointe de l'écologie. D'une manière plus générale baser la fiscalité sur autres choses que les revenus, la valeur ajoutée, les investissements ou encore la masse salariale est pour moi un progrès gigantesque. Après tout taxer nos comportements permet de les modifier comme on a pu le voir sur la route... 
Les universités d'été ? Bof. Il n'en sort rien de particulier sauf que François Bayrou va confirmer le rapprochement à gauche, "suicidant" du même coup le MODEM, qu'il a pourtant créé, comme j'ai pu l'écrire dans mon article sur Marielle de Sarnez.
Les fautes d'orthographe ? Cela faisait longtemps. Un dossier de presse du Ministère de l'Education Nationale truffé de fautes et un livre de François de Closets sur ses persécutions à l'école... Il n'en fallait pas plus pour relancer un débat, totalement inepte à mon avis. Les règles du français sont difficiles, il faut donc les modifier... Le manque de rigueur est tel qu'il s'en trouve récompensé. Les mathématiques sont également particulièrement ardues... Il est curieux que personne ne propose d'en changer les règles. Pour ma part je n'ai jamais rien compris aux règles footballistiques qui sous-tendent le fameux coup franc. J'espère que la Fédération Internationale de Football lira mon appel pour les simplifier (voire même les supprimer).
Enfin il y a la grippe A... Tout a déjà été dit alors que dire de plus ? Je vais encore vous parler d'indécence. Si la grippe A tue mais que les victimes avaient déjà des problèmes de santé auparavant, tous les media sont rassurés... C'est un grand OUF de soulagement. Et évidemment c'est censé nous rassurer. Pourtant nombre de familles ont des proches malades et ce type de messages n'est en rien rassurant pour ne pas dire qu'il est affreusement dégueulasse.
  
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 23:40
Vincent PEILLON l'a bien compris... Pour exister au P.S. il faut prendre de court le parti.
Les ateliers d'été qu'il a organisés ce week-end à Marseille lui permettent donc d'arriver en force à l'université d'été du P.S. à La Rochelle.

Plusieurs invités étaient de la fête : Vals, Cohn-Bendit, Hue, de Sarnez... Non désolé, c'est râté, l'intru ce n'est pas Robert Hue...
Mais qu'est-ce que Marielle de Sarnez est allée faire dans cette bouillabaisse infâme associant étrangement la carpe au lapin ?

Réponse : le Modem est prêt. Prêt à se fondre dans les gauches puisque "ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous oppose".
Et elle parle ensuite d'un camp républicain... pour faire front à Nicolas Sarkozy...


Il faut dire que le savon de Marseille est passé par là pour faire disparaître tous les sujets qui font tache :

1/ Plus européen que le Modem tu meurs. Vincent Peillon a voté non au traité constitutionnel européen.
2/ Les électeurs du Modem viennent plus de la droite que de la gauche... Sont-ils prêts à voir Robert Hue dans un gouvernement rouge, rose, vert et orange ?
3/ Avoir le monopole du coeur n'a pas porté chance à François Mitterrand en 1974... Avoir le monopole de la République est un peu risqué... Surtout lorsque François Bayrou tance un directeur d'un institut de sondage (Brice Teinturier) avec le soutien de Marine Le Pen dans une fin d'émission de campagne électorale nauséabonde.
4/ Le Modem a été créé sur l'idée d'une troisième voie, le blairisme à la Française. Cette idée a fait pschiiiitttttttttt....


Bref en franchissant la ligne rose Marielle de Sarnez commet deux erreurs :
1/ Elle décrédibilise la politique en faisant croire que l'on peut faire gouverner ensemble des gens qui n'ont rien en commun sauf le désir de voir chuter le Président en place.
2/ Elle met fin aux prédictions de François Bayrou selon lesquelles le bipartisme en France était impossible et n'aurait jamais lieu. Pourquoi pas, mais c'était le pilier, la raison d'être du Modem. Le Modem est donc mort, n'a en tout cas plus aucun sens.

Après le P.S., le cimetière s'agrandit.
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 23:18
Le gouvernement vient de publier aujourd'hui un bilan à mi-parcours du statut d'auto-entrepreneur lancé le 1er janvier dernier.
1820 000 auto-entrepreneurs connus au 15 juillet 2009... Alors que le gouvernement avait un objectif de 200 000 pour la fin de l'année 2009. Nul de doute que cet objectif sera atteint.

Sauf que ce nouveau statut pose de très nombreuses questions et fait même polémique si l'on en croit les propos d'organisations d'artisans qui crient à la concurrence déloyale.
Selon eux puisque les auto-entrepreneurs ne sont pas assujettis à la T.V.A. ils pratiquent des prix plus bas. Sans compter l'avantage de ne payer que des cotisations et un impôt forfaitaire sur le chiffre d'affaires. Effectivement les artisans "classiques" doivent payer leurs charges sociales "plein pot" sans qu'il soit tenu compte d'une éventuelle baisse de leur activité.

De leur côté les media s'emparent de ce phénomène. Lundi TF1 diffusait un reportage montrant des artisans mécontents dont l'un était garagiste.
Ce midi M6 nous racontait une très jolie histoire d'une jeune femme auto-entrepreneuse qui avait ouvert un bistrot dans un bus, installé sur un bassin d'emplois sans cantines.

Quant aux services d'Hervé Novelli, ministre qui a lancé ce statut, ils n'hésitent pas, sur le site auto-entrepreneur.fr, à donner l'exemple de la boutique internet pouvant coller parfaitement avec l'"auto-entrepreunariat".

Enfin il est bon de rappeler que l'auto-entrepreneur doit quitter ce régime s'il dépasse 80 000 € de chiffre d'affaires en tant que vendeur de biens ou 32 000 € de chiffre d'affaires s'il vend des prestations de services.

Dès lors il y a pas mal de choses qui m'échappent et si vous partagez mes interrogations (ou si vous avez une explication !) vous êtes bien entendu les bienvenus :


1/ L'auto-entrepreneur n'est pas assujetti à la T.V.A., c'est bien vrai ! 
Mais il est curieux de se poser la question de la concurrence déloyale sur ce terrain alors que l'option pour la franchise en base T.V.A. n'est en rien nouvelle. D'ailleurs un artisan peut tout à fait opter pour la franchise T.V.A..

Auto-entrepreneur ou franchise en base, les conséquences sont les mêmes. Certes on ne collecte pas la T.V.A. mais en contrepartie on ne peut pas la déduire.
Et il y a trois gros inconvénients :
- la clientèle professionnelle assujettie à la T.V.A. est particulièrement difficile à toucher puisqu'elle cherchera pour des raisons évidentes de trésorerie des fournisseurs lui permettant de déduire de la T.V.A.... Donc ceux qui veulent faire du Business to Business en qualité d'auto-entrepreneur risquent de se casser les dents...
- puisque l'auto-entrepreneur ne peut pas déduire la T.V.A. sur ses achats de biens et services et sur ses immobilisations il est confronté à des problèmes de trésorerie ... La jeune femme du reportage de M6 citée plus haut a quand même acheté son bus, son nécessaire pour faire la cuisine, ses tables et ses chaises a un prix 1,196 fois plus cher qu'un entrepreneur assujetti à la T.V.A.. Toutes les dépenses sont donc augmentées de 19,6%. J'ai du mal à voir où est la saine gestion.
- puisqu'on achète tout plus cher, la marge est plus faible...

J'aimerais assez que les artisans nous parlent aussi des avantages de leur système. Par exemple les artisans du bâtiment qui facturent à 5,5% aux particuliers et qui déduisent leurs achats taxés à 19,6%, peuvent demander chaque mois un remboursement de crédit de T.V.A. qui fait du bien à leur trésorerie.


2/ L'auto-entrepreneur ne peut pas déduire de charges, il ne faut pas l'oublier !
Je veux bien qu'un garagiste parle de concurrence déloyale mais lorsqu'il paie son loyer il a une charge déductible sur son chiffre d'affaires. De même avec tout son matériel sur lequel il calcule des amortissements qui seront déduits de son chiffre d'affaires.
Bref il n'est pas imposé sur son chiffre d'affaires mais sur un résultat fiscal calculé tenant compte de toutes ses charges (déductibles fiscalement). Au passage les charges sociales des artisans sont déductibles dans la détermination de leur résultat.

Si je reprends la jeune femme du reportage qui a ouvert son petit resto, on n'est plus du tout dans ce contexte. RIEN n'est déductible, même pas les ingrédients qu'elle achète. Cela signifie que le coût de ses achats, qui entre dans la composition de ses prix et donc de son chiffre d'affaires total, EST TAXE SOCIALEMENT et IMPOSE FISCALEMENT !

De même pour la boutique internet. Vous achetez un produit 10 € et vous le revendez sur votre boutique internet à 20 € (un pigeon qui passait par là). Alors que cette opération est bénéficiaire de 10 € vous êtes taxé sur 20 € !!
Bref l'achat pour revente n'est sans doute pas la meilleure activité pour un auto-entrepreneur, sauf si celui-ci ne veut pas gagner sa vie avec cette activité.

Puisque rien n'est déductible, inutile d'embaucher un intérimaire pour vous remplacer si vous êtes malades... Vous perdrez de l'argent !!!!


En définitive l'"auto-entrepreunariat" ne vaut le coup que si :
- on ne vend qu'à des particuliers
- sur une activité qui génère très peu de charges et nécessite aucun investissement
Bref j'avoue avoir du mal à comprendre comment un garagiste peut être inquiété par un auto-entrepreneur. Et vous ??
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 23:43
Le gouvernement devrait annoncer à la fin juillet l'ensemble de son dispositif qui remplacera la prise en compte des biens meubles dans la détermination de la taxe professionnelle.

Il faut d'abord préciser que contrairement à ce que l'on peut entendre, la taxe professionnelle n'est pas morte.
Il n'a par exemple jamais été dit que la partie foncière de la taxe professionnelle serait supprimée. Et effectivement elle ne le sera pas.
En revanche les équipements et biens mobiliers n'entreront plus dans la base taxable et comme je l'avais dit dans mon précédent article sur le sujet, la taxation de la valeur ajoutée demeure la meilleure solution pour compenser la perte fiscale. C'est cette solution qui a été retenue d'après la presse !

Cependant il manquerait encore 5 milliards d'euros pour boucler le budget car les taux de taxation de la valeur ajoutée seraient faibles et progressifs en fonction du chiffre d'affaires.
C'est donc là qu'entre en jeu la taxe carbonne. J'ai vraiment hâte d'en savoir plus car les contours de cette taxe ne sont pas encore très clairs. Nous en reparlerons.
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 09:27
La crise ce ne sont pas que des commandes qui diminuent obligeant à réduire la production et à débaucher. C'est aussi un grâve problème de trésorerie avec des délais de réglement rallongés et des créances parfois, voire souvent, irrécouvrables.
Voilà pourquoi un effet domino pervers diffuse la crise comme un virus. L'activité se réduit dans un secteur et le problème de trésorerie qui en découle va se propager chez les fournisseurs.

A ce virus automatique, quasi mathématique, des entreprises en profitent largement et ce de manière irresponsable et malhonnête. On voit par exemple des agences de voyage, qui connaissent parfaitement leur difficulté de trésorerie, poursuivant leur activité. Les clients sont envoyés à bon port, profitent de tout ce qui a été prévu... Mais les hôteliers, restaurateurs et autres prestataires ne sont pas payés. Alors que ces agence auraient dû procéder à leur liquidation, elles entraînent dans le gouffre, avec elles, des entreprises qui n'ont pas besoin de connaître des difficultés supplémentaires et d'être victimes de ces procédés que l'on peut qualifier de frauduleux.   

On parle souvent de moraliser le capitalisme... Moraliser les hommes serait déjà un bon début.


Si vous avez été victime de ce genre d'arnaques, n'hésitez pas à poster vos témoignages.
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 08:38
Le crach de l'avion reliant le Yémen aux Comores aurait pu donner aux médias l'occaion de se racheter après l'indécence et parfois les fausses informations diffusées à la suite du crash de l'avion d'Air France au large du Brésil.

Et bien non. Cela recommence. Peut-être que cette fois-ci le téléspectateur a eu droit à moins d'images de familles écrasées par la douleur. Mais cela a été compensé par des fausses informations en série... Ce qui laisse entendre que les informations n'ont pas été vérifiées.

Voici la liste des informations données et par la suite démenties :
- des débris ont été retrouvés
- des corps ont été repêchés
- les boîtes noires ont été localisées
- il y a un rescapé, un petit garçon de 4 ans... quelques heures après il en avait 5... Il faut quand même penser aux familles concernées par la disparition d'un enfant de cet âge, retrouvant l'espoir et le perdant le lendemain.
- une grande partie de l'épave a été retrouvée hier, flottant sur l'eau... Information démentie ce matin.

Cela commence à faire beaucoup, à faire trop. La course aux scoops et au sensationnalisme ne fait pas qu'entraîner celle des démentis. Elle fait perdre toute crédibilité à la profession de journaliste.


Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 13:23

A la suite de la visite de Nicolas SARKOZY en Guadeloupe, Elie DOMOTA, le leader médiatique du L.K.P., a rejeté en bloc les intentions du chef de l'Etat en parlant de mystification.

Face à ce discours sans concessions il est temps de pointer une mystification qui commence à bien faire.
Mais pour bien la comprendre je reproduits les revendications du L.K.P. dans leur totalité ci-dessous :


NIVEAU ET CONDITIONS DE VIE :

- Un relèvement immédiat et conséquent d’au moins 200 €, des bas salaires, des retraites et des minima sociaux afin de relancer le pouvoir d’achat, de soutenir la consommation des produits guadeloupéens et plus généralement la demande
- Le relèvement immédiat du SMIC, des salaires du secteur privé, des traitements de la fonction publique, du minimum vieillesse, des minima sociaux
- Un salaire minimum guadeloupéen calculé sur le coût réel de la vie en Guadeloupe
- Création d’un bureau d’études ouvrières, chargé de calculer l’évolution des prix des produits réellement consommés par les travailleurs
- Réductions d’impôts fondées sur la justice fiscale
- Baisse significative de toutes les taxes et marges sur les produits de première nécessité et sur les transports
- Baisse des taux de la taxe sur les carburants
- Suppression de la taxation des produits locaux

LOGEMENTS :


- Gel des loyers pour une période indéterminée et pour l’année 2009 l’annulation de l’augmentation de 2,98%
- L’arrêt des saisies immobilières des propriétés des guadeloupéens et restitution des biens
- Un plan quinquennal pour résorber l’habitat insalubre
- Un vaste programme de construction de logements sociaux et intermédiaires

ENVIRONNEMENT


Contamination des terres par la chlordécone :
- Définition de mesures sanitaires pour protéger les populations des zones contaminées
- Indemnisation des victimes professionnelles et civiles

TRANSPORTS


- Mise en place d ‘un véritable service de transport des usagers
- Engagement d’un audit indépendant sur les modalités de constitution des Groupements et d’attribution des marchés
- Révision des conditions d’exécution des marchés envers les usagers (abris bus, arrêts matérialisés, gares routières, poteaux d’indications des horaires de passage des bus)
- Réhabilitation et indemnisation des Transporteurs déclarés ‘’clandestins’’
- Révision des conditions d’exécution des marchés par les groupements vis-à-vis des transporteurs (mise en fonction de la billetterie, fixation du prix à verser par chaque sous-traitant en fin de mois)

EDUCATION


- Mise en place dans l’immédiat d’un moratoire de 4 ans en ce qui concerne la réforme du recrutement des enseignants, le temps de permettre la mise en place par l’U.A.G. des masters de professionnalisation et les sorties des premières promotions
- Acter dans ce cadre un plan de titularisation des contractuels pour palier les besoins de recrutement
- Maîtrise de la gestion des postes et des personnels en Guadeloupe pour mettre en place une politique de l’emploi et de la formation conforme à nos besoins
- Disposer d’un pouvoir décisionnel en matière de programmes, d’orientation, d’éducation de gestion des ressources, de la mise en place d’un plan de titularisation des personnels contractuels et des contrats aidés

FORMATION PROFESSIONNELLE


- Création d’une structure assurant un véritable service public de la formation professionnelle : le CRFP ne constituant pas une réponse à la hauteur des enjeux
- Augmentation des fonds alloués à la formation professionnelle - Minimum 100 millions d’euros
- Création de filières de formation professionnelle liées à tous les secteurs stratégiques pour le développement de la Guadeloupe et adaptées à nos réalités avec production de référentiels spécifiques (Agriculture, Environnement, Energies renouvelables,…)
- Plan de formation obligatoire dans toutes les entreprises et particulièrement dans les entreprises de moins de 10 salariés
- Mise en place d’un dispositif d’accompagnement et de formation pour un chômeur ou un travailleur dans le cadre de la création d’activité
- Création d’un Fonds d’urgence pour la formation professionnelle alimenté par les remboursements des trop perçus de la SARA.

EMPLOI


- Priorité d’embauche pour les Guadeloupéens
- Embauche obligatoire de Guadeloupéens dans toutes les entreprises qui bénéficient d’aide publique
- Mise en place d’un avenant régional à la prochaine convention Unedic en vue d’améliorer et d’élargir les conditions d’indemnisation du chômage en Guadeloupe : revalorisation des allocations de chômage en montant et en durée (moins du ¼ des chômeurs de Guadeloupe ont droit à ce jour à l’ARE)
- Respect de l’obligation de recrutement des Travailleurs Handicapés
- Arrêt de la déprogrammation des fonds de la formation professionnelle
- Ouverture des financements de la formation professionnelle à tous les chômeurs et non plus uniquement aux seuls indemnisés au titre de l’ARE & instauration d’un crédit annuel de formation pour chaque chômeur
- Réhabilitation du fonds social de l’ex Assedic pour les situations individuelles
- Limitation du CDD à 6 mois renouvelable une fois, à l’issue du renouvellement, embauche du salarié
- Limitation du recours aux sociétés d’intérim à 5% des contrats du secteur marchand
- Embauche prioritaire à l’issue d’un contrat en alternance
- Obligation d’embauche des travailleurs handicapés au lieu du paiement de la pénalité prévue par la loi


LICENCIEMENTS


- Participation des représentants des salariés dans les instances dirigeantes de l’entreprise avec voix délibérative
- Plan social, reclassement et formation obligatoire quel que soit le nombre de licenciés et l’effectif salarié de l’entreprise
- Réintégration de droit des licenciés pour faute, suite à la décision de justice ne confirmant pas la faute et systématisation du droit à la réparation
- Remboursement par l’entreprise des aides publiques perçues en cas de licenciement économique

DROITS SYNDICAUX ET LIBERTES SYNDICALES


- Obligation d’un Accord de Branche ou d’Entreprise avant toute autorisation de travail le dimanche
- Mise à disposition d’une Maison des Syndicats à Jarry
- Négociation d’un Accord de Branche et Interprofessionnel sur l’exercice du droit syndical, la représentativité, la représentation de Branche, l’emploi
- Régularisation des travailleurs en situation irrégulière.
- Négociation de Convention Collective dans tous les secteurs.
- Renforcement de moyens des Inspecteurs et Contrôleurs du travail.
- Mise en place et respect du comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail dans toutes les entreprises.
- Mise en place de délégué du personnel dans toutes les entreprises d’au moins 5 salariés.
- Représentation des syndicats de Guadeloupe dans les entreprises et les organismes paritaires, (ASSEDIC-Sécurité Sociale-CAF- AGEFOS-PME-FONGECIF…)
- Liberté de participation de syndicalistes extérieurs au Comité d’Entreprise et aux Négociations Annuelles Obligatoires
- Extension systématique des Accords Collectives de Guadeloupe à l’ensemble de l’archipel,
- Reconnaissance du 27 Mai, jour férié, chômé et payé.
- Droit à l’organisation de formation syndicale ouverte à toutes les organisations syndicales de Guadeloupe.
- Budget formation alloué aux syndicats dans le cadre de la formation syndicale
- Annulation et Arrêt des poursuites pénales en matière d’action syndicale.

SERVICES PUBLICS


Création et préservation de véritables services publics dans les secteurs stratégiques (eau, transport, énergie électrique et fossiles, traitement des déchets, prévention et sécurité civile, crédit…) au service de la population et des besoins économiques du pays, comprenant au sein des instances dirigeantes des représentants des usagers et des travailleurs.
- Transparence sur la fixation des prix de l’eau, des transports, des carburants, des loyers, du gaz, de l’électricité, des nouvelles technologies de l’information et de communication
- Baisse immédiate de 50 centimes du prix des carburants
- Baisse du prix de l’eau, du prix de transport de passagers, du prix des communications.

EAU


- Distribution de l’eau en qualité et en quantité sur l’ensemble du territoire.
- Fixation d’un prix unique sur l’ensemble du territoire.
- Facturation en fonction de la quantité réellement consommée.
- Remplacement du réseau vétuste (plus de 50 ans).
- Révision du mode de calcul de l’assainissement des eaux usées.
- Suppression de la majoration de 12 € pour retard de paiement.

SANTÉ


- Ouverture des négociations portant sur l’équilibre de l’offre de soins entre le Public et le Privé, entre Etablissements Privés et sur l’ensemble du territoire ;
- Résorption des déficits structurels des Hôpitaux ;
- Engagement des procédures pour la reconstruction du CHU ;
- Révision du système d’évaluation des budgets dans le public et le privé.

PRODUCTION


Volet Agricole

- Maintien et aménagement du foncier agricole (eau d’irrigation, voiries, téléphone, électricité) afin de créer des entités de production viables et en constante recherche d’autonomie.
- Finalisation de la mise à disposition des 32 hectares de terre pour la réalisation du projet porté par « Kè a Kanpech ».
- Maintien du traitement des dossiers collectifs par les SICA et Groupements de producteurs.
- Exonération de la taxe foncière au profit des exploitants agricoles sur l’ensemble du territoire.
- Suppression des taxes sur les engrais, désherbants, semences, aliments de bétail et gasoil etc.., destinés à la production agricole.
- Paiement des aides aux agriculteurs.
- Prise en compte de la valorisation de tous les co-produits issus de l’agriculture comme partie intégrante de la richesse produite par l’exploitation agricole (ex : bagasse pour l’énergie etc..).
- Mise en place de mécanismes fiscaux et douaniers pour développer la préférence guadeloupéenne.

Volet Pêche

- Suppression immédiate de toutes les taxes perçues sur les matériels, révision du coût des intrants.
- Révision immédiate du texte concernant les exonérations au titre de l’URSSAF pour les marins pêcheurs embarqués seuls.
- Mise en place d’un plan de formation des professionnels et des jeunes aux différentes activités de la pêche, aux acquisitions des techniques de capture nouvelles, aux utilisations de matériel électronique embarqué, aux techniques de conservation et de vente.
- Traiter les problématiques, conditions de vente en gros et au détail réalisé par les marins pêcheurs, produits d’importation, groupements d’intérêt économique, organisation des producteurs.
- Traiter les problématiques d’aménagement portuaire, points d’avitaillement, zone d’entretien des navires, zone de stockage des matériels.
- Mise en place d’une plate-forme de rencontres et d’échange avec les professionnels de la Caraïbe.

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET INFRASTRUCTURES


- Fixer à 50 000 ha la surface agricole incompressible sous forme de ZAP (Zone Agricole Protégée) et mise en place d’une commission d’évaluation et de contrôle annuel.
- Favoriser l’installation des jeunes diplômés sur des exploitations viabilisées (350 dossiers en attente).
- Protection du patrimoine écologique de la Guadeloupe (forêt, mangrove,…)
- Arrêt de toutes spéculations immobilières et de la discrimination privant les Guadeloupéens du droit à l’accession à la propriété dans leur pays.
- Arrêt d’implantation de nouvelles stations services
- Arrêt de l’implantation et de l’extension des grandes surfaces
- Arrêt définitif du projet d’implantation d’un circuit automobile « Vigie Gate » à Anse Bertrand.
- Publication de tous les baux passés par les collectivités locales avec des particuliers et/ou des structures privées, à propos de la mise à disposition des terres achetées par ces dites collectivités
Un développement équilibré du territoire
- Rééquilibrage des territoires pour harmoniser l’organisation, la complémentarité et la répartition des activités sur l’ensemble du pays.
- Renforcement de pôles secondaires complémentaires aux pôles principaux (Région Pointoise et Basse Terre).
- Redynamisation des bassins de vie par le développement économique d’activités de terroir (exemples : agro-transformation, pêche…).
- Dynamiser et valoriser les îles en s’appuyant sur leur identité culturelle.
- Redynamiser les quartiers et les bourgs susceptibles de développer l’emploi de proximité.
Les infrastructures
- Dynamiser l’habitat social au travers d’un recensement des besoins égalitaire et concerté (Région – Etat- Mairie).
- Réaliser un recensement des besoins en logements, établissements scolaires, crèches, équipements sportifs, maisons de quartier afin d’y pourvoir par-delà toute prétention politicienne et électoraliste.
- La création d’une pépinière artisanale et agricole qui serait la vitrine de nos produits du terroir
- Le développement urgent de réseaux de transport secondaires : maritime, inter-iles, intercôtiers..
- Mise aux normes parasismiques de tous les établissements et infrastructures publics (écoles, hôpitaux, ponts…)
- Arrêt du projet d’implantation du port en eaux profondes.

CULTURE


- Prise en compte dans la programmation des medias de la langue et de la culture guadeloupéenne par la présence de représentants des associations culturelles dans les conseils d’administration.
- Favoriser le développement d’entreprises et associations d’insertion culturelle.
- Réhabilitation des lieux de mémoire populaire par l’adressage (non a lari).
- Création d’un institut culturel « Papa Yaya » à Capesterre Belle Eau.

ARÉTÉ PWOFITASYON


- Rachat par les Collectivités du patrimoine foncier de Kalenda en vue de la création d’une unité hôtelière de luxe et du reclassement des salariés licenciés d’Anchorage et Kalenda.
- Restitution du patrimoine (financier, mobilier et immobilier) des mutuelles liquidées en Guadeloupe.
- Dessaisissement de l’administrateur provisoire (M.BORGAT) du dossier des mutuelles.
- Domiciliation des paiements de France Télécom, EDF…, dans les banques installées en Guadeloupe.
- Poursuites pénales pour les infractions relevant d’abus de position dominante, d’entente illicite et de publicité mensongère.
- Poursuite contre les Responsables des massacres de mai 67 à Pointe à Pitre et réparation des préjudices aux victimes et ayant-droits.
- Transparence et baisse des coûts des services et des taux pratiqués par les banques et par les établissements de crédit.
- Priorité et facilité d’accès au marché et aux aides publiques pour les entreprises Guadeloupéennes.
- Arrêt des abominations à l’encontre des travailleurs étrangers.
- Résolution de tous les conflits en cours.


Sans nier les problèmes de la Guadeloupe en particulier et des Antilles Françaises en général, je constate que ces propositions sont bien souvent des demandes de dépenses publiques venant du budget de l'Etat. Ainsi je me pose une question : la mystification ne réside-t-elle pas dans le fait de demander toujours plus à l'Etat d'un côté et... l'indépendance de l'autre ?
Je me demande comment une Guadeloupe indépendante pourrait débloquer immédiatement 100 millions d'euros pour la formation professionnelle. Mais face à cette mystification je crains qu'on n'ait jamais de réponses.

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 21:39
La burqa agite en ce moment le débat politique et le Président Sarkozy a validé aujourd'hui le principe d'une commission parlementaire sur le sujet.

Je remarque d'abord, une fois de plus, que les médias se sont emparés du sujet en invitant des spécialistes des deux camps pour en débattre... On me dira que c'est normal. Oui mais pour couper l'herbe sous le pied des parlementaires on ne fait pas mieux. En deux ou trois jours les médias auront évacué le sujet alors que le travail parlementaire durera plusieurs mois. A chaque fois je trouve cela déroutant.

Au lancement de cette polémique j'étais partagé. En effet si on est convaincu que la burqa est le symbole de la soumission des femmes, alors le problème n'est pas la burqa mais "l'idéologie" qui en est à l'origine. Interdire la burqa et maintenir cette idéologie sur le territoire n'apporte en définitive pas grand chose, à part sauver les apparences en se voilant la face.

Mais les reportages diffusés aujourd'hui ont apporté un autre son de cloche. Je passe sur les traques des journalistes pour trouver Les Femmes qui portent la burqa :"on n'en a vu qu'une dans le quartier aujourd'hui" précise la journaliste. Ces safaris photo en banlieue sont vraiment nauséabonds.
Toutefois des jeunes femmes d'une vingtaine d'années sont interrogées. On ne les voit pas. Même pas les yeux. Non pas parce que les journalistes ont flouté les visages. Non. Le drap est noir et recouvre tout au point de se demander comment elles font pour respirer.
On apprend alors que la burqa c'est le respect. Plus précisément en portant la burqa les filles obtiennet le respect des garçons.
La conclusion en devient évidente : la burqa est le bouclier anti agression sexuelle. Les jeunes femmes en sont donc réduites à porter la burqa pour se protéger. Ce n'est donc pas l'embrigadement religieux qui a gagné mais la terreur.

En définitive le port de la burqa sera sans aucun doute interdit et cela paraît logique surtout dans les lieux publics. Mais il n'est pas certain que cette mesure puisse résoudre tous les problèmes qui sous-tendent le développement de cette "pratique vestimentaire".







Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 21:55
Après la réflexion du Ministre HORTEFEUX sur le rallongement de l'âge du départ à la retraite, le débat sur le système de retraite est revenu sur le devant de la scène.
Le Ministre a pris le soin d'expliquer qu'il existait trois solutions pour sauver le système par répartition :
- baisser les pensions
- augmenter les cotisations
- rallonger l'âge du départ à la retraite

Evidemment ces trois solutions sont impopulaires et les parties prenantes devront en discuter lors d'un point d'étape en 2010.

Mais à la lecture de certains posts sur des forums il existerait une quatrième solution beaucoup plus populaire.
Celle-ci consisterait à reprendre tous les allégements de charges accordés aux entreprises. Oui. Ces allégements de charges sociales semblent être considérés comme des cadeaux faits aux patrons.
Il faut rappeler que ces allégements ont été décidés pour abaisser le coût du travail et ainsi protéger et pourquoi pas créer de l'emploi. Mais ce argument, apparemment, ne convainc pas. Pourtant je me demande quel taux de chômage on aurait sans ce dispositif d'allégements.

Sans les allégements de charges sociales le SMIC qui revient aujourd'hui 1 500 € serait à 1 850 €. Supprimer les allégements de charges sociales reviendrait donc mécaniquement à augmenter le coût du travail. Sans même parler  de l'augmentation du nombre des destructions d'emplois et  du nombre de délocalisations il est évident que l'augmentation du coût du travail sera répercuté sur les prix.

Ainsi il semble que certains ne supportent pas quand l'Etat frappe dans leur poche pour appréhender plus de cotisations sociales. Mais ces mêmes personnnes seraient prêtes à soutenir une mesure qui produirait une forte inflation. J'en déduis que psychologiquement il est moins douloureux d'avoir des prix plus hauts que d'avoir plus de cotisations à payer.
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 19:11
Patrick Bloche a été l'invité de Paul Amar dans l'émission Revu et Corrigé ce week-end.
Le député P.S. de Paris devait en effet donner son sentiment sur la rénovation du P.S. et porter la contradiction au jeune député U.M.P. plein d'avenir, Franck Riester.

Après avoir souhaité naïvement et niaisement que Martine Aubry fasse la rénovation du P.S. le socialiste s'est littéralement vautré dans des invectives politiciennes.
En substance : le bouclier fiscal est inefficace et injuste ! 15 milliards d'euros donnés aux riches qui ont été épargnés et absolument pas réinjectés dans l'économie.

On notera d'abord la bourde malheureuse, répétée deux fois dans ce flot d'arguties, qui consiste à confondre paquet fiscal et bouclier fiscal. Je mets cela sur un manque de concentration ; je ne peux pas imaginer un seul instant que Patrick Bloche ait fait exprès de désinformer le téléspectateur.

Donc remettons les choses à leur place : ce n'est pas le bouclier fiscal qui est injuste et inefficace mais le paquet fiscal.
Etonnant d'affirmer cela sans aucune donnée chiffrée... Un peu facile même. C'est peut-être grâce au paquet fiscal que dans la crise on s'en sort un peu mieux que les autres. C'est peut-être grâce au paquet fiscal que la consommation résiste et que des entreprises se maintiennent au niveau de leur trésorerie... En faisant appel au porte-monnaie du patron ou des associés.

Bref le député socialiste n'avait pas grand chose à dire s'agissant de l'avenir... Il a donc choisi de ressortir les billevesées de 2007 utilisées pour barrer la route au destin présidentiel de Nicolas Sarkozy.

Le désir d'avenir s'est transformé en désert d'avenir... Franck Riester était quant à lui effaré, sans voix. Il a toutefois réussi à dire à son collègue député qu'il n'avait toujours pas changer de logiciel... Laissant entrevoir que la rénovation criée sur tous les toits n'était pas pour aujourd'hui... Et sans doute pas pour demain.
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'avocat du diable
  • : Si j'en crois ce que j'entends ou lis ici et là j'ai l'impression d'être à contre-courant des polémiques ou des canardages médiatiques. Je vais donc me faire l'avocat du diable quand le besoin s'en fera sentir.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens