Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 22:25

La victoire d'Emmanuel MACRON est nette et nous devons lui souhaiter bonne chance pour son mandat. Cette élection ne doit pas faire oublier que la Droite était favorite ou que, dit autrement, après 5 ans de François HOLLANDE, ce scrutin était imperdable.

Certes, les affaires ont fait basculer le sort du candidat FILLON mais comme on l'a dit ici son programme était repoussoir au possible. Les sondages de janvier le donnaient, au maximum, au même niveau que le score réalisé par Nicolas SARKOZY lors du premier tour en 2012, preuve d'une stagnation qui aurait dû interpeler le candidat et son équipe pléthorique.

Il faut donc un sursaut, une forme de refondation de la Droite afin de garantir le succès aux futures élections. Elle devra s'appuyer sur plusieurs actions :

1/ établir un diagnostic de la France, ce qui permettra aux élus de s'écarter d'une idéologie déconnectée de ce que vivent les Français. Il y en a assez de ces propositions qui sortent du chapeau, comme la fin de l'ISF ou les 39 heures payées 37...

2/ se fixer une ligne directrice philosophique ; pour ma part, je plaide pour une Droite s'inspirant du conservatisme anglais qui a deux piliers principaux : on ne change pas ce qui fonctionne et tous les points de repère de la société sont maintenus pour garantir la conservation de la nation. Illustrations : à quoi bon mettre en oeuvre le prélèvement à la source alors que seulement 10% des foyers fiscaux paient l'impôt sur le revenu par tiers et dans un contexte où le taux de recouvrement français est l'un des plus élevés au monde ? L'argent, le temps et l'énergie consacrés à cette réforme ne pouvaient-ils pas profiter à un autre domaine ? La fin du service militaire, la fin du septennat, la déliquescence de l'école... Suis-je le seul à penser que le personnel politique a beaucoup trop touché à nos institutions, à nos points de repères fondamentaux... ? Le "progressisme" n'a-t-il pas échoué lamentablement ?

3/ s'exercer à la pédagogie ; il est quand même attristant de voir les cadres de la Droite patauger lorsqu'il s'agit d'expliquer une mesure ou de contrer les propos des opposants. La Droite ne sait plus rien expliquer depuis le quinquennat SARKOZY. Suis-je le seul à trembler pour l'élu de Droite lorsqu'il se lance dans une explication ? Est-ce si difficile de contrer le protectionnisme quand l'histoire n'a fait que montrer qu'il amplifiait les crises ? Qui rappelle simplement que les lois protectionnistes américaines qui ont suivi la "crise de 29" (lois SMOOT-HAWLEY) ont tué le commerce transatlantique et achevé l'économie américaine ?

Comme on le voit, le travail va être lourd et il est temps de s'y mettre !

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Propositions
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 22:04
La majorité se lance parfois dans des projets de lois compliqués ou peut-être trop en avance sur leur temps.

S'agissant de la burqa, pourquoi une commission parlementaire et des discussions à n'en plus finir sur la laïcité ou la liberté de la femme ?
Il suffirait sans doute d'insérer à la réglementation actuelle un article qui placerait toute personne dans les lieux publics dans les mêmes conditions que toute personne passant une photo d'identité valable pour les cartes d'identités et autres passeports. La tête doit être dégagée afin de faciliter l'identification... Rien d'exceptionnel... En plus cela permet de résoudre tous les problèmes sans se focaliser sur la burqa, tels les problèmes liés au port de la cagoule dans les manifestations.

S'agissant des "quotas" d'étudiants boursiers dans les grandes écoles, je pense que cette extrémité ne doit être envisagée qu'après avoir tout tenté. Or tel n'est pas le cas aujourd'hui.
Il faudrait d'abord rendre les cursus cohérents. Dès lors que l'on peut faire du Marketing à l'université à un coût "plus que raisonnable", je ne vois pas bien comment on peut arriver à convaincre une famille modeste d'envoyer son enfant dans une école de commerce à 40 000 € la scolarité de 3 ans.
On me répondra : oui mais il y a les bourses ! Certes. Mais dans ce cas il faudrait que les montants attribués soient facilement accessibles pour tout le monde pour choisir en connaissance de cause.
Il faudrait aussi en finir avec l'hypocrisie : je suis d'accord pour que l'on regarde l'origine sociale des étudiants d'H.E.C. ou de SUPELEC , mais il faudrait faire de même pour l'E.N.A. ou l'Ecole Nationale de la Magistrature... Il est vrai que l'idée de quotas d'élèves boursiers n'aurait pas de sens dans ces écoles puisque les élèves sont fonctionnaires et touchent à ce titre un traitement. Mais pour autant les concours de ces deux écoles renommées sont accessibles à des étudiants qui ont un cursus en droit classique et tout à fait linéaire. Alors j'ai fait des recherches : sur un joli site révolutionnaire, un article de janvier 2010 nous explique qu'il n'y a aucune diversité sociale à l'E.N.A. : seuls 12% des élèves sont issus des classes populaires. De plus le rapport De Silguy sur la réforme de l'E.N.A. pointait un autre problème : 75% des élèves sont issus de l'Ile de France... Que met en place l'Etat pour faire face à ces questions ? Pourquoi les enfants de familles modestes sont-ils sous-représentés ??
Enfin il y a l'orientation et la connaissance des méandres de l'enseignement supérieur. Car en plus des cursus linéaires, il y a les passerelles... Ainsi nul est obligé d'aller en prépa pour passer le concours d'une école de commerce. Il peut tout à fait entrer dans une telle école grâce à un concours adapté avec un BTS ou IUT en poche par exemple. Cela ne me dérangerait pas que l'emploi du temps des lycéens puisse contenir des heures "d'orientation" durant lesquelles ils pourraient s'informer sur les cursus, établir des stratégies pour atteindre leur objectif et en finir avec les légendes urbaines qui collent trop souvent à certaines formations.
Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Propositions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'avocat du diable
  • : Si j'en crois ce que j'entends ou lis ici et là j'ai l'impression d'être à contre-courant des polémiques ou des canardages médiatiques. Je vais donc me faire l'avocat du diable quand le besoin s'en fera sentir.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens