Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 23:32

DSk est de retour ! Non, ce n'est pas le Tonton d'Amérique, c'est le Président du F.M.I. qui nous accorde le privilège de sa présence en France. Dans son sillage, il traîne une nuée de caméras et de journalistes traducteurs ou décodeurs. Oui, car comme il doit rester muet sur ses intentions, des spécialistes de l'exégèse se pressent pour dire ce que son Auguste Personne a voulu dire... et surtout ce qu'ils ont bien voulu entendre.

 

DSK a donc fait une tournée médiatique réussie. Il a été la star du week end tout en ayant rien dit d'important. Il a néanmoins pensé à faire du social en versant une larme de crocodile sur les chômeurs alors même qu'il peut se payer le luxe d'interrompre son C.D.D. au F.M.I..

 

Finalement, être muet peut avoir des avantages. Cela évite de dire des bêtises comme a pu le faire sa compagne Anne SINCLAIR. Ainsi, on peut lire sur son blog, au sujet du débat sur la place de l'islam en France organisé par l'U.M.P. :

"Ou plutôt, n'est-ce pas, comme d'habitude, la volonté d'agiter les peurs en espérant dégonfler l'extrême droite et ressouder une droite déboussolée devant les alarmes des Français devant les inégalités inacceptables, le chômage omniprésent, l'école en déroute, la santé en panne, l'Europe toute entière en crise»...

Il y a tant à dire... D'abord l'U.M.P. agite les peurs mais Anne SINCLAIR pousse les Français au suicide puisque rien ne va en France... Et dans toute l'Europe puisque c'est bien connu l'U.M.P. dirige la Grèce ou encore l'Espagne. Quant aux inégalités inacceptables, elles supposent logiquement l'existence d'inégalités acceptables. On peut dire sans se tromper qu'il y a des inégalités entre le propriétaire d'un appartement Place des Vosges à Paris évalué 4 millions d'euros (selon L'Express) et d'un riad à Marrakech (sans parler d'autres biens comme celui de Washington) et le Français lambda. Tout l'enjeu consiste à qualifier ces inégalités. Sont-elles acceptables ou inacceptables ? Réponse :

Règle n°1 : si le propriétaire est de gauche, ces inégalités sont dites acceptables.

Règle n°2 : si le propriétaire est de droite, ces inégalités sont  dites inacceptables.

Règle n°3 : si l'appartenance politique du propriétaire n'est pas connue, c'est la règle n°2 qui s'applique.

On en déduit que le candidat DSK ne sera pas inquiété sur ce point. Tant mieux pour lui. Pour ma part j'aurais aimé un peu plus de décence et de cohérence.

 

De toute façon les sondages donnent DSK gagnant à coup sûr, avec plus de 60% des voix au second tour. La droite devrait trembler ! D'autant qu'elle se souvient qu'en 1994 les sondages avaient prévu qu'Edouard BALLADUR serait élu au premier tour...

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 23:02

Le débat MELANCHON / LE PEN d'aujourd'hui sur BFM TV était complétement nul. Et dire que certains ont expliqué que l'intervention du Chef de l'Etat de la semaine dernière était ennuyeuse à mourir ! Au moins, face à neuf Français, Nicolas SARKOZY avait produit une analyse tout en montrant pragmatisme et sens des responsabilités. Tout le contraire de ce matin où l'action s'est résumée à quelques mots qui se voulaient bons, à des clichés ou autres erreurs théoriques majeures.

 

Ainsi Marine LE PEN explique qu'il faut en finir avec l'ultralibéralisme. D'ailleurs, selon elle, l'Euro en est le symbole. Sortir de l'Euro serait donc un premier pas pour redonner force et vie à l'économie française. Voilà pourquoi la Banque Centrale Française retrouverait ses lettres de noblesse en ayant de nouveau le pouvoir de "gérer" la monnaie. Marine LE PEN a même de la suite dans les idées : non seulement elle imposera cette voie si elle gagne en 2012 mais elle demandera en plus aux autres membres de l'Euro de quitter la monnaie unique.

 

On se pince. L'Euro est tout SAUF ultralibéral ! En effet la monnaie unique a tué toute concurrence entre les monnaies européennes... Voilà pourquoi Milton Friedman, l'un des plus grands penseurs du libéralisme du XXème siècle était opposé à l'Euro. Pour lui c'était une stupidité. Pourquoi s'embêter avec une monnaie unique alors que le marché est tout à fait capable de déterminer quelle monnaie nationale est la meilleure pour le continent européen ? Ainsi, à l'époque du Franc, du Mark, de la Lire ou encore de la Peseta, il était aisé de laisser flotter les monnaies et de voir quelle monnaie avait la faveur du marché. On remarque que le Système Monétaire Européen ne permettait pas un flottement total et cette solution impliquait également de le faire exploser.

 

Ainsi Marine LE PEN nous fait de l'ultralibéralisme sans le savoir... Si l'Euro meurt du fait de la sortie de la France et d'autres états, la concurrence monétaire reviendra sur le continent européen. Cette concurrence, encadrée à l'époque, avait détruit des centaines de milliers d'emplois en France du fait des dévaluations compétitives italiennes ou espagnoles au début des années 90. On se demande alors quelles seraient les conséquences de cette nouvelle concurrence, cette fois-ci  sans régulations. Outre les dévaluations de nos voisins qui tueraient dans l'oeuf notre politique monétaire et donc nos emplois, il n'est pas du tout certain que le marché fasse ressortir le Franc LE PEN... Il s'ensuit que nos entreprises devraient passer à la caisse (commissions de change) pour échanger avec nos voisins... En utilisant sur tout le continent européen, je ne sais pas moi... Allez au hasard : le Mark.

J'en déduis que Marine LE PEN a raison de combattre l'ultralibéralisme, surtout quand il a "cours" sur le marché monétaire. Mais alors pourquoi diable veut-elle le faire revenir sur le marché monétaire européen ???

 

Il est toujours drôle de voir le personnel politique français agiter le chiffon rouge de l'ultralibéralisme. Bien souvent en effet il n'en connaît très rarement la définition et surtout les implications.

 

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 15:53

Thomas Piketty, soutien officiel de Ségolène Royal en 2007, est un jeune économiste bourré de talents et passionné. Il faut reconnaître son intelligence et aussi la force de ses propositions, qui ont déjà le mérite d'exister.

 

Il a consacré ses dernières années d'études à deux thèmes principaux : la fiscalité et le patrimoine. Fort de ses analyses il propose dans un livre, avec deux collègues, une révolution fiscale pour le XXIème siècle. Quel programme ! En gros la révolution fiscale proposée est basée sur la fusion de l'impôt sur le revenu avec les prélèvements libératoires et les prélèvements sociaux comme la C.S.G.. Elle met fin aux niches fiscales, au bouclier fiscal et à la prime pour l'emploi. Je n'ai pas lu ce livre mais le peu que j'ai lu dans la presse ou entendu dans les médias ne m'a pas du tout convaincu.

 

D'abord je note qu'une fois de plus des auteurs ont le projet de bouleverser la fiscalité de notre pays. Or la fiscalité change chaque année en fonction des majorités, des besoins de rentrées fiscales et des idées des uns et des autres pour relancer un secteur économique (sans parler des groupes de pression et autres). Bref il y a aujourd'hui une insécurité juridique telle qu'elle apparaît clairement comme une barrière à l'investissement ou comme un caillou dans notre recherche de compétitivité.

Et si on laissait le Code Général des Impôts tranquille pendant 5 ans ?

 

D'autre part Thomas Piketty critique les niches fiscales et sa révolution fiscale permettrait de les gommer de manière définitive. Selon lui ces niches fiscales rend le système de l'impôt sur les revenus régressif au lieu d'être progressif. Dit autrement : plus on est riche moins on paie d'impôt. J'ai un avis bien différent.

Il faut constater dans un premier temps que du fait de l'Euro, la France n'est plus maîtresse de deux leviers économiques habituels : la monnaie et les taux d'intérêts. Dès lors la dépense publique (et donc la fiscalité) est le seul levier qui demeure. Supprimer les niches fiscales revient donc à enlever à l'Etat ses capacités d'action et d'orientation dans l'économie française. Le secteur des économies d'énergie pouvait-il décoller sans les crédits d'impôts ? Le marché de l'immobilier n'aurait-il pas plonger davantage sans le crédit d'impôt sur la résidence principale de la loi TEPA de 2007 ? Est-on bien conscients de l'intérêt de ces niches pour notre économie ?

Dans un second temps je conteste formellement l'analyse de Thomas Piketty sur le système régressif de notre impôt sur le revenu. Certes une personne riche peut baisser ses impôts en faisant appel aux niches fiscales et faire baisser par voie de conséquence son taux effectif d'imposition. Celui-ci peut être similaire à celui d'un smicard, d'accord. Mais il faut rappeler qu'il n'y a pas de niches sans dépenses. Vos travaux d'isolation ou la pose de votre chaudière sont facturés avec de la T.V.A. (soit dit en passant, en fonction du régime juridique, le poseur devra payer l'impôt sur les sociétés ou ses bénéfices industriels et commerciaux seront imposés à l'impôt sur le revenu). Vous payez les cotisations sociales de votre employé à domicile. Vous payez également des droits d'enregistrement pour l'acquisition de votre résidence principale. D'autres niches vous font augmenter votre patrimoine : souscription aux FCPI, déficit foncier, etc... Et vous conduisent petit à petit à être redevable de l'I.S.F.. En d'autres termes le "méchant riche" qui a un taux effectif d'imposition équivalent à celui d'un smicard doit passer à la caisse (ou aux caisses pour être plus juste) pour payer des impôts et autres taxes liés à l'obtention ou au bénéfice des niches . Ainsi pour savoir si l'impôt sur le revenu est régressif ou progressif, peut-être qu'il faudrait avoir l'honnêteté intellectuelle d'ajouter à l'impôt sur le revenu payé par les plus riches tous les impôts réglés du fait des niches. On risquerait alors d'avoir des surprises.

 

En conclusion Thomas Piketty explique que sa révolution fiscale permet de rendre l'impôt sur le revenu plus progressif tout en garantissant le même rendement fiscal que celui d'aujourd'hui. Ce beau projet pose un problème en terme d'orientation des politiques économiques. Surtout ses simulations laissent à penser qu'il n'a pas vu que les niches fiscales apportaient des recettes supplémentaires en T.V.A., I.S., droits d'enregistrement, I.S.F., cotisations etc. J'en conclus que sa révolution fiscale fera perdre des points de croissance à notre économie et de l'argent à l'Etat...

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 22:21

Il a fallu une petite phrase du courageux Manuel VALLS pour que le Landerneau politique s'agite autour de la question des 35 heures.

On aurait pu penser que tout avait déjà été dit. Lors de la campagne électorale des législatives de 1997, les candidats de la droite républicaine avaient mis en garde les Français sur les conséquences de cette mesure : une perte de compétitivité, une augmentation inexistante des salaires et par voie de conséquences l'augmentation du chômage.

Quatorze années ont passé, fort vite d'ailleurs, et tout ce qui avait été prévu s'est réalisé, sans aucune espèce de surprises.

 

Certes les socialistes défendent bec et ongles leur dispositif qui constitue, pour eux, un acquis social. En plus du temps de loisirs supplémentaire, il faudrait se satisfaire d'une productivité du travail exceptionnelle et d'un chômage en baisse sous les années Jospin.

Que de bla bla en réalité !

 

D'abord cessons une fois pour toute de parler d'acquis social, notion qui laisse à penser que des droits sociaux tombent du ciel sur la tête des Français. Non. Au cas d'espèce on a obligé les Français à acheter plus de temps libre avec plusieurs moyens de paiements. On trouve entre autres des prix en magasins plus importants à cause de l'augmentation du coût du travail (mettre ça sur le dos de l'Euro c'était plus facile), le chômage (qui avait déjà augmenté sans discontinuer sur les 9 derniers mois de l'ère Jospin), des salaires qui n'ont aucune possibilité d'évolution et une pression fiscale sans égale. Les deux derniers moyens de paiement ont un point commun : un système d'allègement des charges sociales patronales qui aura eu le mérite de sauver nos entreprises après l'application des lois Aubry. Mais en contrepartie il convient de trouver chaque année 18 milliards d'euros pour financer ce système ce qui génère de la dette et des intérêts à rembourser. Comme ce système d'allègement est par ailleurs dégressif (plus le salaire sur lequel s'applique l'allègement est élevé moins l'allègement est fort)  il incite malgré lui au statu quo salarial. 

 

Cessons ensuite de porter aux nues la productivité du travail des Français, la plus haute d'Europe si  ce n'est du monde comme on peut le lire parfois. Cette performance est en réalité loin de traduire des qualités pour notre pays et ce pour deux raisons.

D'abord la productivité du travail se calcule en divisant la valeur ajoutée par le nombre d'heures de travail. Dès lors, puisque la valeur ajoutée sert entre autres à payer les impôts, les taxes et les cotisations sociales, plus un Etat a un taux de prélèvement obligatoire important, plus sa productivité aura mathématiquement tendance à être importante... Oui l'impôt constitue un coût de production et la création de richesses doit le couvrir. La plus forte productivité d'Europe est donc simplement à mettre en rapport avec notre excellente performance s'agissant des prélèvements obligatoires. 

Ensuite on se targue d'avoir l'une des plus fortes productivités du travail au monde mais notre marché du travail exclut toutes celles et tous ceux qui sont "susceptibles" d'être les moins productifs : les jeunes, les sans qualifications / diplômes et les séniors. Les pays qui n'excluent pas  des catégories entières de "travailleurs" ont une productivité moindre mais un taux de chômage également moindre ... En fin de compte il s'agit tout simplement d'un choix de société. En France on a décidé de payer nos produits plus chers que les autres, puisqu'ils incorporent dans leur prix des cotisations sociales, ce qui permet aux moins productifs de rester chez eux sans mourir de faim.

 

Pourtant le chômage a baissé sous l'ère Jospin ! L'INSEE revoit chaque année ses chiffres à la baisse et parle désormais pudiquement de 150 000 créations d'emplois... C'est vrai que le bilan est impressionnant. Voilà une mesure structurelle qui devait donc, comme son qualificatif l'indique, doper la création d'emplois sur le long terme et qui n'apporte déjà plus rien dès l'explosion de la bulle internet en 2001. De plus j'aimerais bien que l'on parle davantage de la balance entre les emplois créés et les emplois détruits... Histoire de voir le solde. En effet si les entreprises ont licencié la moitié de leurs salariés pour les remplacer par des machines qui fonctionnent même la nuit, on comprend mieux pourquoi la productivité française est la plus forte d'Europe. 

 

En définitive il y a bien un bilan négatif à tirer lorsqu'on étudie de près le système des 35 heures. On entend souvent que compte tenu de la défiscalisation des heures supplémentaires le contenu de la réforme du temps de travail est vidé de sa substance. Sauf que les 35 heures sont toujours là avec entre autres les fameuses R.T.T.. On aboutit à une situation ubuesque où le jeune salarié de la région parisienne, qui doit "s'installer dans la vie", a le même temps de travail que le salarié sénior de province qui a payé sa maison et dont les enfants sont partis. Sans doute que la solution réside dans le respect des besoins de chaque salarié puisque chaque salarié sait ce qui lui convient le mieux dans le rapport rémunération / temps libre. Tout le monde sait qu'il faut un peu plus de souplesse, alors allons-y !

 

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 17:36

Je vous souhaite une formidable année 2011 ! Que cette année vous apporte santé et prospérité !

 

S'agissant de la santé je ne peux pas faire grand chose même si mes soucis passés me permettent de vous dire que c'est le plus important. Cependant je sais que nombre de personnes s'énervent à l'écoute ou à la lecture de certains propos, ce qui est très mauvais pour le coeur ! Ainsi d'une part je ferai en sorte de rester le plus raisonnable possible dans mes articles sans jamais trahir mes convictions. Je défendrai d'autre part les diables comme je l'ai toujours fait et je sais d'avance que ce type d'articles constituera un soulagement pour beaucoup : "non je ne suis pas seul à penser cela, j'ai trouvé un internaute qui pense comme moi... OUF !"

 

S'agissant de votre prospérité je peux avoir un rôle modeste... Pour ne pas dire très modeste. Tout juste je vous donnerai régulièrement des nouvelles de la fiscalité française qui a connu de grands boulversements avec la loi de finances votée à l'automne. De plus je n'oublie pas que l'un des objectifs présidentiels de l'année 2011 est de réformer la fiscalité du patrimoine. Je vous donnerai mon éclairage à cette occasion, sans doute durant l'été si le calendrier est respecté. Bien entendu vos questions seront toujours les bienvenues.

 

La politique et la fiscalité sont devenues très vite les deux fondements de ce blog. L'année 2011 a, avant même d'avoir commencé, tous les composants pour l'alimenter !

 

A très bientôt et encore bonne année !

Repost 0
Published by l'avocat du diable
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 15:24

Très chers fidèles lecteurs (et les autres),

 

Je vous souhaite un très joyeux Noël !

J'espère pour ma part que le Père Noël va penser à moi en m'apportant sous le sapin des diables à défendre, des petites phrases ridicules venant du personnel politique ou encore de fausses bonnes idées à disséquer.

 

Comme 2012 n'est pas bien loin, inutile de me répéter que le Père Noël n'existe pas ! Je sais d'avance que ce soir je serai gâté et il me faudra bien une année entière pour ouvrir tous les écrins déposés et ainsi découvrir toutes les jolies perles.

 

Bien entendu ces découvertes se feront en votre présence. Alors à très vite !

Repost 0
Published by l'avocat du diable
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 19:46

La semaine dernière Ségolène Royal avait annoncé qu'elle était la garante de l'unité socialiste. Il est vrai qu'en 2007 tous les socialistes étaient derrière elle et elle leur devait bien cela aujourd'hui. Enfin la semaine dernière.

Car depuis Ségolène Royal a trouvé cette semaine une fenêtre médiatique grande ouverte entre les averses de neige et les averses d'informations diplomatiques de Wikileaks pour annoncer sa candidature aux primaires socialistes.

Elle aurait pu s'arrêter là.

 

Non. Le passage chez David Pujadas restera dans les annales lorsqu'elle a expliqué qu'elle avait fait un virage à 380 degrés...

Le dérapage est inévitable tout comme le tête-à-queue. Ségolène a fait un tour sur elle-même (360 degrés) et s'est payée le luxe d'ajouter 20 degrés supplémentaires... 20 comme vingt mille lieues sous les mers et degrés comme le second degré venant comme explication à la "bravitude".

Elle aurait dû s'arrêter là.

 

Non. L'appartement parisien de Ségolène a été visité pour la troisième ou quatrième fois en quatre ans. Rien n'a été volé mais le(s) visiteur(s) a ou ont délicatement disposé des objets intimes des enfants Royal sur un lit. Comme notre pays s'est abonné aux affaires d'Etat, l'occasion était trop belle. Ségolène et des ténors du P.S. ont clairement expliqué qu'il s'agissait d'une tentative de destabilisation après l'annonce de la candidature Royal. On parle sérieusement d'intimidation et de mobiles politiques (Jean-Louis Bianco). L'avocat de Ségolène a même précisé que ceux qui ont fait cela étaient bien renseignés. Certes. On imagine aisément Nicolas Sarkozy, tremblant de peur face à la candidature Royal, demander à des gignols de faire peur à Ségolène pour la dissuader de se présenter. Evidemment il n'aura pas manqué de donner son autorisation pour que des satellites de la Défense soient mobilisés pour détecter les faits et gestes de Madame Royal.

Remarquons que la stratégie de la supputation de comptoir ayant bien marché ces derniers mois, l'outrance était nécessairement de rigueur pour ce cambriolage de pieds nickelés.

La police a quant à elle fait son travail et aurait ce soir déjà trouvé la responsable : une mineure. L'histoire ne dit pas si ce membre des services secrets avait eu tous les renseignements nécessaires sur le risque d'être identifié à partir de ses empreintes digitales...

 

La suite ? Ne soyons pas pressés. Demain est un autre jour.

 

 

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 23:08

Les anti-sarkozistes primaires n'ont que cela à la bouche : le Président de la République dévaloriserait la fonction présidentielle par ses faits et gestes.

Pourtant la gestion de la crise économique par le chef de l'Etat est à mon avis irréprochable et s'il est bien un moment où l'on peut juger de la force d'un homme d'Etat c'est bien lorsque la situation est difficile, pour ne pas dire périlleuse. Qui peut penser que Ségolène Royal aurait pu faire mieux si elle avait été élue ? Combien pensent qu'elle aurait fait moins bien ?

 

En revanche ce qui affaiblit la fonction présidentielle c'est clairement le triste spectacle de ces primaires socialistes. Après les Valls et Montebourg, l'ancienne candidate socialiste vient de déclarer sa candidature. On en attend d'autres : François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry, Gérard Collomb, Pierre Moscovici... Un éditorialiste dénombrait 18 prétendants possibles à ces primaires ... Et là on peut clairement parler d'une fonction présidentielle désacralisée puisque n'importe qui peut  se sentir les épaules assez larges pour se présenter. Pire. Cela fait depuis 2002 que le P.S. nous explique qu'il travaille pour construire un projet (que l'on attend toujours d'ailleurs). Comme il a toujours été dit que le but de ces primaires était de désigner celui qui allait porter ce projet aux Français, on peut se demander quels sont les critères que les sympathisants de gauche vont utiliser pour désigner leur représentant... S'agit-il d'un vote effectué en fonction des sondages ? D'un vote effectué en fonction de la beauté des candidats ? Mystère(s)... En tout cas le candidat désigné ne le sera sans doute pas pour de bonnes raisons.

En définitive dette mascarade  ridiculise la fonction présidentielle alors même que les socialistes ne sont pas au pouvoir. Quel joli tour de force ! 

 

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 22:54

TF1 nous a présenté ce soir l'affaire WILDENSTEIN comme une copie de l'affaire BETTENCOURT. Evidemment l'occasion était trop belle pour égratigner une fois de plus Eric WOERTH.

Pour ceux qui n'auraient pas connaissance de cette affaire, petit rappel : Madame WILDENSTEIN, décédée ce week-end, a soupçonné jusqu'à la fin de sa vie les fils WILDENSTEIN (d'un premier mariage) d'avoir détourné la fortune de leur père en la plaçant dans des paradis fiscaux. Bien entendu les fils WILDENSTEIN sont donateurs UMP et l'un des deux frères a eu l'apanage de se voir décerné la Légion d'honneur.

Mieux : la veuve WILDENSTEIN a envoyé une lettre à Eric WOERTH, alors Ministre du Budget, pour qu'il intervienne car selon elle la fraude fiscale était manifeste compte tenu de la minoration de la déclaration de succession. Celui-ci ne serait pas intervenu, tout comme son successeur d'ailleurs, François BAROIN, lui-même destinataire de la dénonciation quand il est arrivé à Bercy.

Bref la conclusion est évidente, les fils ont fait un don de 7 500 € à l'UMP pour que les ministres du Budget ferment les yeux sur de la fraude fiscale...

 

L'examen de l'affaire sur internet est tout à fait intéressant. On tombe par exemple sur un article de Libération du 05/08/2010 dans lequel on peut lire :

"Eric Woerth ne lui répond pas. L’avocate expédie un nouveau courrier, en septembre 2009. Sans réponse du ministre non plus. La direction générale des impôts, pourtant tenue par l’article 40 de dénoncer tout fait délictueux porté à sa connaissance, ignore aussi ses courriers, près d’une dizaine en tout, mentionnant tous les trusts off-shore. Prompt à répondre aux requêtes de la compagne de César ou à Liliane Bettencourt quand elles sont soutenues par des donateurs de l’UMP, le ministre s’efface curieusement dans l’affaire Wildenstein. Cette fois, la requête vise à déclencher des investigations, d’autant plus délicates qu’elles concernent Guy Wildenstein, membre de l’association des donateurs de l’UMP, Premier Cercle. La prudence s’impose."

 

A trop vouloir dénoncer, à trop vouloir jeter l'honneur d'un homme aux chiens comme dirait l'autre, on finit par se demander où est le sérieux des journalistes. La moindre des choses, lorsque l'on expose des faits, c'est de réflechir un peu à ce que l'on raconte. Sans parler du fond de l'affaire, la présentation des choses demeure surprenante à plusieurs égards.

 

1/ On déduit de cette présentation médiatique que si l'on fait un don à l'UMP alors on bénéficie de largesses fiscales. C'est parfaitement ridicule puisqu'une même personne peut donner tout à la fois à l'UMP comme au PS, sans même parler des dons aux syndicats. Bref cette présentation des choses n'a pas de sens sauf si les journalistes se sont assurés que les personnes concernées n'ont pas fait de dons ailleurs. Et là problème : s'ils devaient le faire, les principes élémentaires des droits de l'homme seraient bafoués et la démocratie serait en danger. La liste des sympathisants d'un mouvement politique ou syndical ne peut pas devenir un livre ouvert pour les journalistes. Pour faire chuter les dons et tuer les formations politiques on peut difficilement faire mieux.

 

2/ S'étonner qu'un Ministre (ou que la Direction Générale des Finances Publiques) ne donne pas signe de vie suite à une dénonciation relève, tout simplement, de la psychiatrie. Depuis quand un Ministre ou un fonctionnaire doit-il rendre compte à un contribuable lambda des investigations fiscales en cours ? Les bras m'en tombent. On a accusé à tort (comme je l'ai démontré) Eric WOERTH d'être intervenu dans le volet fiscal de l'affaire BETTENCOURT, et on voudrait ici que le Ministre intervienne pour déclencher un contrôle fiscal... Où est la cohérence de la ligne éditoriale de Libération ? 

 

3/ Le journaliste de Libération montre une incompétence absolue sur les procédures fiscales. Assimiler une dénonciation (celle de Mme WILDENSTEIN) au droit de pétition offert à tout contribuable (dans l'affaire César) est totalement loufoque. Rappelons ce qu'est le droit de pétition : tout contribuable peut saisir le Président de la République, un Ministre, un parlementaire, un maire, un préfet, etc suite à un contrôle fiscal. Dans ce cas la personne saisie a le devoir, dans un premier temps, de demander un point sur l'affaire aux services fiscaux compétents. Et dans un deuxième temps la personne saisie doit nécessairement répondre au contribuable visé par le contrôle. Il est donc tout à fait normal que Monsieur WOERTH ait répondu dans l'affaire César et n'ait par ailleurs rien dit à Mme WILDENSTEIN.

 

4/ Enfin les journalistes n'ont absolument aucune preuve pour dire qu'aucune investigation fiscale n'a été organisée. On peut d'ailleurs penser que si les dires de la veuve WILDENSTEIN sont vrais, les investigations risquent de prendre du temps compte tenu de la "mondialisation" de ce dossier. On est donc dans des suputations gratuites, sans fondements et nécessairement partiales.

 

 

Bref une affaire de plus où les journalistes n'ont pas fait honneur à leur profession.

 

 

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 22:27

Le débat sur la réforme des retraites a fait le plein d'inconséquences ou mieux encore d'aveux d'inconséquences. Il est temps de détailler le meilleur du pire en la matière. Cette trace écrite sera peut-être utile un jour pour demander des comptes à ceux qui ont fait preuve d'irresponsabiltié comme rarement dans notre histoire contemporaine. 

 

1/ Les syndicats.

Les Français sont déjà les moins syndiqués d'Europe... Alors pourquoi accabler les syndicats alors qu'ils ne représentent plus grand monde ?

Il y a tout simplement une supercherie dans le discours syndical et les organisations se renforcent en surfant dessus. Le gouvernement n'aurait rien négocié du tout (donc il est responsable des blocages) et d'ailleurs la seule sortie de crise possible consiste à mettre tous les acteurs autour de la table. Pourtant les discussions d'avant l'été ne sont pas si loin et il est aisé pour n'importe quel internaute de retrouver des articles sur la période. On découvre que l'histoire est légèrement différente puisqu'en réalité le blocage vient uniquement des syndicats qui n'ont jamais voulu discuter. En effet aucun syndicat n'a voulu entendre parler des mesures d'âge. Pourtant l'étude des courbes démographiques de la France est au programme du collège et normalement personne ne peut dire qu'il n'a jamais entendu parler du papy boom.  Refuser de parler des mesures d'âge est clairement irresponsable et surtout anti salariés. Si on devait ne pas appliquer ces mesures, on ne voit pas très bien qui, à par les salariés, paiera l'addition pour renflouer le déficit. Les salariés seront en première ligne pour subir la perte de pouvoir d'achat et le chômage de masse, les deux conséquences attendues d'un coup de bambou social et fiscal. Mais alors vient une question... Quelle catégorie de Français est défendue par les syndicats ?

 

2/ François HOLLANDE

Il a la cote en ce moment, l'ancien premier secrétaire du P.S.. Il a envie d'y aller (au combat de 2012) et sa présence médiatique monte en puissance. Invité de l'émission "Face aux Français" mardi soir dernier sur France 2, les bras m'en sont tombés quand il a fait son mea culpa. Voici ses propos en substance : "Oui avec Lionel Jospin, alors Premier Ministre, on savait qu'il y avait un problème sur le financement des retraites. On s'est donc rencontré tous les deux pour discuter du sujet et notamment déterminer s'il fallait conduire une réforme ou non. Et je lui ai conseillé de ne rien faire et ce pour deux raisons :

La première, les Français ne nous ont pas donné mandat en 1997 pour réformer les retraites. La seconde, la majorité dite gauche plurielle aurait explosé à l'annonce de la réforme."

L'aveu d'irresponsabilité n'a même pas fait sourciller l'assistance. Et pourtant il y a de quoi être écoeuré. Les socialistes ont préféré garantir l'équilibre de la gauche plurielle à celui de notre système par répartition. Mais de quel droit peuvent-ils reprocher à Nicolas SARKOZY de faire le travail qu'ils auraient dû faire 12 ans plus tôt ?

 

3/ Ségolène ROYAL

En incitant expressément les "jeunes" à manifester, Ségolène ROYAL s'est totalement discréditée. Elle fait honte à la politique et à la démocratie en préférant s'appuyer non plus sur le verbe et le débat mais sur des mouvements de lycéens anarchiques, destructurés et noyautés par des casseurs qui n'attendent que cela.

Pire, elle aura contribué à discréditer les syndicats de salariés. Depuis 1968, à chaque fois que la jeunesse défile, les mouvements de salariés et d'ouviers passent au second plan puisqu'ils sont moins spectaculaires et plus encadrés. Ainsi et personne semble ne l'avoir remarqué, si la mobilisation dans les deux dernières journées de cortèges ne faiblit pas, cela signifie mathématiquement que les lycéens ont remplacé les salariés. Alors, ce qui a été présenté comme un succès de mobilisation par les organisations syndicales est en réalité une vraie claque. Nul doute que si Ségolène ROYAL est élue en 2012, elle réunira les organisations syndicales des salariés, des étudiants et des lycéens pour parler des retraites... Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour la bravitude !

 

4/ Charles FOULARD

On ne voit plus que lui depuis que l'essence manque dans les stations services. Il faut dire que le bonnet rouge lui sied si bien. Le responsable de la C.G.T. chez TOTAL a le verbe haut et surtout un culot monstre. Dans un discours enflammé le syndicaliste parle de honte pour le pays des Droits de l'Homme après le déblocage d'une raffinerie par les forces de l'ordre. Rappelons ici que les Droits de l'Homme s'appliquent à tous et non à une minorité. Les droits de travailler, de conserver son emploi et tout simplement de se mouvoir sont piétinés par ces actions aussi vaines qu'irresponsables. Monsieur FOULARD n'a donc aucune leçon de Droits de l'Homme à donner. Cela fait vraiment du bien de le dire !

 

5/ Martine AUBRY et le P.S.

Martine AUBRY jette ses dernière attaques en expliquant aujourd'hui que le gouvernement est passé en force pour faire voter sa réforme. Après 3 semaines de débat au Sénat et à peu près autant à l'Assemblée Nationale, la crédibilité du propos est proche de 0. Elle est définitivement nulle lorsque l'on sait que François MITTERRAND n'a jamais fait voter le passage de 65 ans à 60 ans quant à l'âge légal de départ à la retraite. Le Président socialiste était effectivement passé par voie d'ordonnance. Cette erreur historique n'a donc jamais été débattue au Parlement : il faut dire qu'une partie des socialistes était contre, comme un certain Jacques DELORS, le papa de Martine.

 

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'avocat du diable
  • : Si j'en crois ce que j'entends ou lis ici et là j'ai l'impression d'être à contre-courant des polémiques ou des canardages médiatiques. Je vais donc me faire l'avocat du diable quand le besoin s'en fera sentir.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens