Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 23:53

Eh bien voilà, les sondages ont encore vu juste en donnant François FILLON en troisième position.

Qui peut s'en étonner ? François FILLON a perdu la présidentielle le soir où il a été désigné le candidat de la droite et du centre, porteur d'un programme repoussoir et sans aucune ambition de rassemblement. Il persiste d'ailleurs aujourd'hui en indiquant qu'il était persuadé que son programme économique était le meilleur pour la FRANCE. Déconnecté ou débranché, je vous laisse le choix de l'adjectif.

Comme je l'ai déjà écrit, aucun diagnostic n'a été proposé à la réflexion (c'est vrai pour tous les autres candidats), à part la phrase marketing "j'ai fait mon programme avec les Français que j'ai rencontrés". Comme si des millions de Français avaient fait la queue devant son bureau pour lui demander 4 points en plus de TVA et la suppression de l'ISF.

Après une vague d'attentats secouant notre société depuis 2015, proposer moins d'Etat était totalement incompréhensible et à contre courant de l'attente des citoyens. En plus de cette erreur de diagnostic, de jugement ou de sens politique, il y a une faute de compréhension dans le fonctionnement de l'appareil d'Etat. A quoi bon recruter 5 000, 10 000 voire 20 000 policiers ou gendarmes supplémentaires, s'il n'y a plus d'effectifs dans les autres administrations pour répondre à leurs réquisitions judiciaires ?

Il fallait un programme centré sur le régalien, conservateur dans sa définition anglaise (on ne touche pas à ce qui fonctionne et les points de repères sont immuables pour conserver la Nation) et mettant en place un keynésianisme de l'offre, véritable cette fois-ci.

Le financement ? 150 milliards de dépenses fiscales (voire plus), allant du crédit d'impôt recherche (CIR) au crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), en passant par toutes les cases 7 de votre déclaration préremplie de vos revenus que vous venez de recevoir. Aucun contrôle d'efficacité, aucun bilan et... aucun sens de l'intérêt général : le ministre des Finances annonce à la radio qu'il interdit à son administration de contrôler le CICE... Se rajoutent les lignes de crédits à plusieurs centaines de millions d'euros, votées par le Parlement, pour soutenir des projets ou plutôt des modes, comme la prime pour les voitures ou vélos électriques. Je me demande encore quel corps d'Etat contrôle les conditions d'attribution de ces primes. Comme vous l'avez compris, il y a du choix quant aux dispositifs à mettre à la poubelle pour financer la baisse franche de la fiscalité et rapprocher le budget de l'équilibre.

En d'autres termes, l'appareil d'Etat ne peut pas être la variable d'ajustement des politiques publiques pour faire face au gaspillage perpétuel de l'argent public, surtout dans un contexte anxiogène qualifié de guerre par certains.

Je souhaite donc l'avènement d'une droite conservatrice de l'école anglaise, sous-tendue par la pratique du diagnostic et non par des théories inadaptées. Je dois néanmoins rester lucide : il reste peu de temps avant les législatives pour que la droite change ses schémas.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by l'avocat du diable - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'avocat du diable
  • : Si j'en crois ce que j'entends ou lis ici et là j'ai l'impression d'être à contre-courant des polémiques ou des canardages médiatiques. Je vais donc me faire l'avocat du diable quand le besoin s'en fera sentir.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens